La course pédestre
13 août 2019
La cave en pleine activité
3 septembre 2019

La libération de Cardet en 1944

Après le débarquement du 15 août 1944 en Provence, la libération de la France s’accélère. À partir du 21 août, Alès et Nîmes sont libérées, mais toute une série d’accrochages se produisent jusqu’au 24 août.

La panique gagne les troupes ennemies. Ceux qui n’ont pas été faits prisonniers lors de capitulation de la colonne allemande à La Madeleine, le 25 août, s’enfuient dans les vignes et les environs.

Le lendemain, des jeunes de Cardet, à l’annonce de ces événements, s’enrôlent dans la milice patriotique des Francs tireurs et partisans (FTP) et organisent la chasse aux fuyards, malgré un armement dérisoire. Ils parviennent à capturer quatre-vingt-quinze soldats allemands. Le petit groupe disposait de trois fusils de chasse et d’un fusil de guerre et des balles inadaptées !

Avec la fougue de la jeunesse, ils ramènent les prisonniers jusqu’à la cave coopérative et les enferment en récupérant un stock d’armes : dix-sept fusils, une mitraillette, des grenades et des munitions, qu’ils remettront aux responsables du groupe FTP local.

Chaque année, le dernier dimanche d’août, une cérémonie est organisée au mémorial départemental du Pont Troué à la mémoire des combattants et de ces jeunes héros, sortis de l’ombre pour libérer la France.

Défiler vers le haut
X